Gaël Orieux

Chef du restaurant étoilé Auguste à Paris

Thé ou café ?
Café.

Votre boisson préférée ?
De l’eau.

Vin rouge ou vin blanc ?
Vin rouge.

Bourgogne ou Bordeaux ?
Bourgogne, plutôt des volnays.

Viande ou poisson ?
Viande, du porc qui est très goûteux quand il est bien cuit.

Ville ou campagne ?
Ville.

Votre livre de chevet ?
Les dernières sorties de livres de cuisine. En ce moment, le livre de Laurent Jeannin, le pâtissier du Bristol : « Pâtisseries au fil du jour »

Une madeleine de Proust ?
L’odeur du gazon fraîchement coupé. J’aimais bien cette odeur quand je vivais en province jeune.

Une source d’inspiration ?
La mer.

Un artiste favori ?
Ladislas Kijno. C’était un copain de Picasso et César que je connaissais personnellement et à qui je dois beaucoup de moi-même.

Casting d’un dîner idéal ?
Gérard Depardieu. Ce type m’impressionne. J’aimerais voir s’il y en a vraiment sous le capot ! Je crois qu’il y en a beaucoup.

Votre parfum favori ?
Opium d’Yves Saint Laurent. Ma mère portait ce parfum quand j’étais jeune. Encore une madeleine de Proust !

Pour vous, la cuisine, c’est ?
La simplicité et la convivialité. On a tendance à faire une cuisine compliquée, mais ce sont les plats les plus simples et les plus goûteux qui retiennent les clients.

Votre péché mignon ?
Le beurre salé.

Votre devise ?
« Droit devant ». Je suis fonceur et je ne m’arrête jamais.

Une épice préférée ?
La cannelle qui s’adapte bien à la cuisine et non seulement à la pâtisserie.

Un petit plat de votre enfance ?
Le brochet au beurre blanc.

Un mot pour décrire le caviar ?
C’est un produit noble. Et pour l’apprécier, il faut en manger beaucoup !

Votre caviar préféré ?
Un Osciètre sauvage.

Quel est l’aliment qui se marie le mieux avec le caviar ?
Je préfère les mariages avec les crustacés ou avec des produits fumés qui amplifient le goût marin du caviar.

> La recette du chef